Les sondages

Les sondages

 

Durant chaque période électorale, il est des mœurs qui surgissent et se ritualisent dans un méli-mélo grandiloquent. On pensera aux petites phrases assassines, aux déclarations pieuses, aussi louables qu’évanescentes et bien entendu au rituel obligé du sondage.

 

La légitimité d'un tel rabâchage est sujette à question dans notre république consacrée démocratique. Nouant des liens étroits avec les organes du pouvoir, les instituts en charge de telles parutions possèdent une légitimité qu'il convient de tempérer et d'observer d'un œil critique. La question est brutale mais se pose : pour quelle part ces sondages journaliers infléchissent-ils sur nos opinion ? Le visage de nos élections serait-il le même sans ces parutions incessantes ? Il y a fort à croire que non.

 

En effet, que sont ces statistiques sinon la peinture d'un instant d'une opinion qui se meut à tout va ? Par un effet contre lequel tout le monde se pense prévenu, ces mesures d'opinion orientées instillent en nous une classification des prétendants à l'aune de leur pourcentage ! On nous sert une prétendue compétition, on nous assure d'un combat loyal alors que l'entreprise est faussée dès le départ. Effectivement, que penser dès lors des petits candidats, ceux qui frôlent avec le pour cent d'intention de vote et sont mis au ban de la course à l'investiture. Des formules détestables comme « les candidats de l'inutile » ont pu être utilisées dans la presse et rendent compte de la hiérarchisation des intérêts. L'électeur pense alors : « à quoi bon voter pour ces personnes puisqu'ils ne seront jamais élus » et voilà comment on assure le renouvellement des politiques en place sous couvert d'un aspect démocratique. Et puis, où est passée la masse des électeurs indécis ( près de 40% d'entre eux) dans lesdits sondages ? Les a-t-on jamais vu mentionnés ? Bien évidemment, non puisque c'est justement à eux que s'adressent les sondages en espérant les persuader de voter dans le « bon sens »...

 

Devant tant de duperie, on serait tenté de proposer le vote « déraisonnable ». Entendez par là le soutien aux petits candidats, ceux qui de toute évidence ne sont pas les bienvenus dans l'arène politique française. Leur donner notre voix, c'est faire vivre le vrai jeu démocratique à la condition bien sûr qu'ils soient en accord avec nos idées ! Un conseil qui paraît juste et avisé : votons au mieux possible en toute indépendance de volonté, sans porter regard sur la « bienséance politique » qu'on voudrait nous ingurgiter et en oubliant tous ces chiffres malvenus qui biaisent notre regard et obèrent notre lucidité d'esprit.

 

Arnaud Campagne

8 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×