Qu'est-ce que le rock français ?

Qu’est-ce que le Rock Français ?

 

                Cette question taraude de nombreuses personnes. Tout le monde sait que dans le monde divin du rock'n'roll, il y a des noms devenus incontournables, les Britanniques ont vu naître les Beatles, les Stones ou en encore le monument qu'est Led Zeppelin. De l'autre côté de l'Atlantique, on nous a fait découvrir Elvis, Jimi Hendrix ou Nirvana. On peut affirmer que la guerre pour tenir le flambeau du Rock se passe entre eux. Mais la France a-t-elle des chances de concurrencer les Anglo-Saxons ? Pour certaines personnes, les chances sont tellement basses, qu'elles sont presque nulles. Prenons une Delorean avec Marty McFly et revenons soixante-cinq ans en arrière pour retracer l'histoire du Rock français.

                En 1957, Boris Vian écoute un disque de rock et à la grande surprise de plusieurs personnes il déteste ça, avec son ami Henri Salvador il décide de faire un album de rock pour se moquer du rock (Henri Salvador qui changera de nom, il se fit appeler Henry Cording). Quand le disque sorti, il fit un carton (plus de deux millions d’exemplaires vendus) à ce moment très précis, en France, le public répondait présent.

                Après ce succès des groupes se formèrent dans tous les coins de l’Hexagone. Johnny Hallyday et les Pirates commencent à s’installer sur les ondes avec deux autres groupes qui se font la guerre. D’un côté les Chaussettes Noires menés par Eddy Mitchell et de l’autre les Chats Sauvages dirigés par Dick Rivers. Les jeunes de l’époque sont soit pour les Chats, soit pour les Chaussettes. Le mouvement « Yéyé » fit donc son apparition.

                La fin des années soixante, sonne le glas de l’arrivée de monstres incontournables. 1967 marque l’arrivée des Doors, de « Sergeant Pepper » des Beatles, l’âge d’or des Pink Floyd. En France, on ne fait toujours pas le poids, parce qu’en même temps on a Michel Polnareff et les Variations. Il faudra attendre deux ans, 1969 donc, pour que naissent Ange et Magma.

                La séparation des Variations, en 1975, marque le départ du mouvement Punk. Starshooter, les Stinky Toys avec Jacno et Bijou émergent de ce courant. Alors que pendant ce temps, deux grands groupes se font du coude à coude. Les rockeurs les plus hard sont dans le camp de Trust et les plus soft/doux sont avec Téléphone.

                Au début des années quatre-vingt, le punk devient « has been » alors dans la cuisse droite de ce même mouvement sort la New Wave. La New Wave française est symbolisée par les Cure francophones, Indochine. Mais certains groupes ne veulent pas faire d'expérimentations bizarres, le mieux pour eux (et pour nous) est de faire du rock, tout simplement. Noir Désir, les Béruriers Noirs et les Rita Mitsouko avec le défunt et grandiose Fred Chichin ont décidés de faire ça, pour notre grand bonheur. Sans oublier la Mano Negra, dont les membres se partagent entre la France et l'Amérique du Sud, qui occasionnera plusieurs problèmes de drogue dans le groupe. Dissolution sept ans plus tard.

                Dix ans avant le XXIème millénaire, le rock semble en déclin face au Rap naissant. Mais, Noir Désir ne se laisse pas abattre, ils produisent en 1996 un classique de leur discographie : « 666.667 Club », il n’y a qu’eux pour sauver l’honneur parce qu’en face pendant les années quatre-vingt-dix, Blur, Oasis et Nirvana marquent le coup en entrant dans le palmarès des plus grands groupes de Rock du monde.

                Les années deux-mille marquent la déchéance du rock en France. Pour ne pas tomber encore plus bas Philippe Manœuvre via « Rock & Folk » organise des concerts de nouveaux talents au Gibus. Nombreux sont les recalés, mais Philippe Manœuvre dans son rôle de Pigmalion fit découvrir les BB Brunes, les Plastiscines et les Naast (séparés en 2008). Les Plastiscines firent comme le groupe Phoenix, elles partent s’exiler en Amérique où elles sont adorées. Espérons que pour 2012, les BB Brunes se feront plus matures dans leurs textes pour ne pas devenir des aimants à gamines, avant qu’il ne soit trop tard. Mais la grande surprise pour les amateurs viendrait sans doute du groupe Shakaponk, groupe qui a récemment fait un featuring avec le roi du Rock en France Bertrand Cantat (« Palabra mi amor » pour les incultes).

             Après tout cela, que dire ?
J'ai un avis sur la question que je partage avec les lecteurs : ce que je vais dire n'engage que moi, mais le gros problème pour des groupes français est la langue en elle-même. La langue française ne swingue vraiment pas, c'est terrible ! Avec le langage anglais tout prends sonorité que ce soit dans l'anglais traditionnel ou dans l'argot des Bluesman. Sur ces albums il y a des solos de guitares extraordinaires et des riffs vraiment envoutant (« Tostaky » de Noir Désir).

 

Benjamin Palette
(origine: www.rock-are-music.blogspot.com)

5 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×